surdité du chien

Question

Je commence par l’histoire. Je voulais vous la raconter pour que vous en tiriez quelques conclusions et comme je sais votre amour des chiens, votre activité dans un milieu où on les aime, vous pourrez peut être en faire usage.

J’ai eu de nombreux chiens, tous choyés, sauf un qui a manqué d’ affection. C’ était un fox à poil dur (il est mort depuis quelques années), il avait des problèmes avec une patte arrière raide qui déjà était pour lui un handicap, mais c’est à cause de son comportement que nous l’ avons délaissé . Nous ne l’avons jamais entendu aboyer. Il ne venait pratiquement jamais quand on l’appelait. Il est arrivé plusieurs fois que s’étant laissé enfermer dans une pièce, nous le cherchions pendant longtemps sans qu’il se manifeste. Tombé dans un étang au rebord escarpé, il a failli se noyer à un mètre de moi. Mille choses encore que je pourrais dire sur Hutch. Nous mettions tout sur son caractère.

Peu avant sa mort, je me suis aperçu qu’il était sourd. Probablement depuis toujours. Hutch, dans sa vie, a vu au moins six vétérinaires, a subi deux opérations pour essayer de réparer sa patte arrière (sans succès). Aucun d’ eux n’a vérifié son ouïe! Jamais on ne nous a dit de vérifier par nous-mêmes si le chien entendait, ce qui est si facile à faire. Hutch aurait pu être beaucoup plus heureux. De la part des vétérinaires, je trouve que c’est assez lamentable. Dites à vos amis de penser à faire le test (tout simplement en tapant dans les mains derrière la tête du chien -sans être vu-, on voit si le chien réagit. On fait ce test pour les humains nouveaux nés) et parlez en à votre vétérinaire. Dans la Gironde j’ai commencé à faire passer le message.   Et remerciements!

Jacques Arthaud, Audenge

****

Question

Je suis éleveuse amateur de boxers. J’ ai vendu l’automne dernier un chiot LOF bringé unicolore en parfaite santé et au comportement tout à fait normal. Quelques mois plus tard, assez récemment, ses propriétaires m’ont appris que le chien était totalement sourd (examen à l’École Nationale Vétérinaire de Lyon) ce qui est absolument rarissime chez des boxers non porteurs de blanc! Ils ont mis plusieurs mois à s’en apercevoir, le chien vit très bien avec son handicap, il est parfaitement adapté. Cela serait génétique, d’après le vétérinaire qui a pratiqué l’examen. Je reste sceptique sur le fait que ce chiot était sourd lorsqu’il était à l’élevage, je pense que je m’apercevrais d’un problème de ce genre, étant très attentive et leur apportant beaucoup de soins et d’attention. Je ne me sens pas responsable dans la mesure où l’on n’a jamais rencontré cela en élevage, et il ne peut y avoir de dépistage en la matière.

En revanche, je veux être tout à fait correcte vis à vis de ces acquéreurs. Eux commencent à réclamer la moitié du prix de vente du chiot ( 1100€, soit 550 €), je trouve cela parfaitement exagéré. Je n’ai pas hésité à rembourser la moitié du prix de vente dans le cas d’une chienne achetée pour la reproduction et qui s’est avéré malheureusement être D en dysplasie, dans un lignée par ailleurs exempte. La dysplasie coxo-fémorale fait d’ailleurs partie des tares et vices rédhibitoires, mais qu’en est-il de la surdité d’origine génétique ? Que peuvent réclamer ces personnes, quel pourrait être le jugement d’un cas pareil ? Merci de votre avis et de vos conseils.

Réponse du docteur-vétérinaire Michel Klein

La question de savoir comment le chien vit avec son handicap reste posée, d’autant qu’il faudrait évoquer les relations avec son environnement général et en particulier sa famille humaine ! Il serait logique de la part de l’éleveur-vendeur d’en accepter une certaine responsabilité. Notre avis pourrait être de conseiller une arrangement amiable plutôt que d’aller plaider…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.