Rage

Question

Vous êtes mon dernier espoir. Nous habitons la région de Libourne, là où en ce moment il y a soit disant la rage. Nous avons trouvé un chien, un fox terrier, que nous avons emmené au vétérinaire pour le faire vacciner contre la rage pour pouvoir le garder en attendant de retrouver peut-être ses maîtres.

Le vétérinaire a pris la décision d’appeler la mairie où nous l’avions trouvé. Maintenant le petit fox est dans une fourrière et il va bientôt être piqué si nous ne l’aidons pas. J’ai proposé d’adopter le chien à la fourrière en payant bien sûr tous les frais que cela engendrerait mais elle ne veut rien entendre. Elle me dit que c’est la loi. Que puis-je faire? Je vous en supplie, aidez-moi à le sauver.

Réponse de maître Vercruysse

Je ne peux que vous confirmer que la fourrière est en droit, dans le cadre des mesures d’ordre public, de décider l’euthanasie de ce chien dès lors que ce dernier n’a pas été préalablement vacciné et qu’il peut exister des risques de contagion.

Il s’agit en effet l’application des mesures de salubrité publique décidées par le préfet en accord avec le gouvernement.

Rappelons qu’un arrêté de monsieur Gaymard du 3 septembre 2004 indique que tout chien errant dans les trois départements concernés par l’alerte à la rage, Gironde, Dordogne et Lot-et-Garonne, sera capturé et euthanasié s’il n’est pas vacciné contre la rage et tatoué.

Cependant le 10 septembre 2004, il semble que la préfecture de la Gironde ait suspendu « l’euthanasie de tout carnivore identifié, même non vacciné, capturé depuis le 4 septembre », dans l’attente d’une évaluation scientifique de la situation
(cf.
http://www.gironde.pref.gouv.fr/pages/actu/actu_presse/3trim2004/rage/RAGE.htm )

Monsieur Gaymard, ministre de l’Agriculture, a déclaré lundi 13 septembre 2004 dans un communiqué qu’il « ne préconisait pas la vaccination obligatoire et systématique » des chiens et chats contre la rage sur tout le territoire et qu’il saisissait l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) (comité d’experts de la rage) afin d’évaluer l’intérêt d’une telle obligation au regard de la protection de la santé publique.

Aujourd’hui, il semble que ce qui a été décidé, c’est de mettre en quarantaine les chiens qu’on trouve, cela créant cependant une difficulté majeure en termes de refuges.

A ce stade, je tiens à vous indiquer que vous n’avez pas d’autre solution que d’attendre et d’espérer que ce chien ne soit pas euthanasié.

This Post Has 0 Comments

Leave A Reply