Question
Je viens de découvrir votre site et j’ai lu dans vos « conseils de dresseur » une chose à laquelle je ne peux pas vous laisser dire une telle absurdité.

La question était : « J’ai un bull terrier de 8 mois et nous venons d’adopter un chat de la SPA d’1 an et la cohabitation est un peu difficile. Le chien n’arrête pas de le pousser, de le piétiner. J’aimerais savoir si cela va passer et s’il va finir par accepter ce chat. »

Et votre réponse a été : « Un bull terrier possède quand même des gènes de chien de combat. Je ne suis pas voyant, pourtant je vous préviens : craignez pour votre chat. Les choses peuvent s’arranger, mais j’ai des doutes… »

Ayant 2 bulls terrier et 2 chats, je peux vous dire que tout se passe très bien. Pourtant quand mon premier chat est arrivé à l’age de 8 semaine ma première chienne avait déjà 6 mois et tout c’est très vite bien passé. Et ensuite j’ai eu le 2 ème et il a été très bien accepté également par ma chienne.

Quand ma 2ème chienne est arrivé, il y avait les 2 chats adultes et tout se passe très bien entre eux également. J’ai beaucoup d’amis qui ont des bulls terrier et des chats et c’est le grand amour entre eux.

Donc je ne vois pas pourquoi vous osez dire ce genre de sautise, enfin je ne vois pas le rapport en tout cas entre leurs origines de chiens de combat (qui remonte à très loin quand même) avec la chasse des chats. Et puis si on suit votre avis ça voudrait dire que ces chiens ne s’entrendraient pas avec leurs congénére puisque ancien chien de combat et leurs origines pourraient remonté à la surface et se battre avec tout les chiens…Mais ce n’est pas le cas, les bulls terriers sont des chiens très sociable.

Enfin voilà, encore une fois je ne pouvais pas vous laisser dire ça.

Réponse
Je reste toujours très prudent, et même si ça vous indispose, c’est moi qui ai raison.

Je pense que ma longue expérience des molosses m’autorise à en parler. Et votre relative inexpérience, deux chiens seulement, ne vous autorise pas à traiter mes conseils d’ « absurdités ».  Moi, je ne cherche pas à vanter une race plus qu’une autre, ni à raconter de belles histoires, et j’aime beaucoup les bull terriers. J’en ai assez souvent en formation. Parfois, même si cela vous défrise, ce sont des individus très dangereux envers les animaux.

Les « sautises », comme vous l’écrivez, c’est plutôt vous qui les proférez. Espérez que vos Loona et Joy ne tueront pas de chat un jour. En tous cas, je maintiens mon texte en entier. Mes conseils sont lus par toutes sortes de gens, je garde donc toujours la plus extrême prudence dans mes avis. Dans le cas de la dame, son bull terrier était déjà fort abusif avec le chat.

Vous devriez apprendre un peu la prudenc ! Si un jour un propriétaire néophyte de bull terrier, après un accident grave survenu avec son chien, qu’il aura acheté après avoir lu sous votre plume que cette race est « très sociable » vous met en cause en justice, vous comprendrez ce que je vous écris ici. Voyez les témoignages ci-dessous.

Ha, les bulls… sociables, certes, mais aussi parfois impitoyables tueurs… la preuve en est du chat que j’avais proprement trouvé coupé net en deux dans mon jardin à Orsay! Louise est pourtant le plus gentil des Bibounets. Je passe sur les 7 lapins du voisin, eux aussi coupés en deux… Pas mangés, non, juste coupés en deux!

Cette personne ne se rend pas compte du danger que peut représenter ce type de molosse. L’instinct est parfois plus fort que toute tentative de sociabilisation, et la puissance innée des mâchoires ne laisse aucune chance de survie à l’animal chassé…

Jamais je ne ferai confiance à Louise en présence d’un chat ! Ces chiens ont été créés et sélectionnés pendant des lustres pour tuer des rats sur des rings. Il en reste forcément quelque chose…

– Agnès Tichtinsky

Bonjour Madame,
Si vous me le permettez, je vais apporter mon témoignage, car j’ai moi-même un bull-terrier de 5 ans qui n’a jamais pu supporter le moindre chat.

Je tiens à signaler qu’il est aujourd’hui parfaitement socialisé avec les autres chiens, fréquentant le club « dogsports », depuis 3 ans, mais il faut rester vigilant car cela peut aussi déraper. Un chien reste quand même un chien. Il est revenu un jour avec un chat dans sa gueule et cela ne s’est jamais arrangé.

Je vous assure que je ne m’amuserais pas à le laisser seul avec un chat !

Autre exemple, un de mes voisins avait l’habitude de laisser ses chats dans l’escalier, un des chats s’est introduit chez moi, il n’a jamais recommencé ! Je vous laisse imaginer la suite.

Effectivement il y a certains bulls qui sont plus faciles que d’autres (c’est vrai) mais là n’est pas la majorité, je vous jure devant Dieu que le mien est un vrai tueur.

Voilà, chère Madame, il ne faut jamais généraliser (tout comme pour les personnes).

– Myriam Draganov

Madame,   collaborateur de Michel Hasbrouck, je me permets d’intervenir suite à la lecture de vos mails.

Dire qu’un bull terrier n’est pas un molosse me semble peu approprié, la définition du molosse englobe en effet cette race, descendante des meilleurs chiens de combat.

La SCC elle-même définit le standard de la race comme étant le « gladiateur de la gent canine ». Le genre molossoïde n’a pas qu’à voir avec la taille !  La seule puissance de la mâchoire des bull-terriers suffit à les considérer comme molossoïde. Et ce n’est pas un gros mot !

Je vous invite à vous informer plus sur l’origine et le standard des chiens que vous possédez.

Maintenant nous sommes bien d’accord, tous les chiens peuvent tuer des chats, et même si chaque chien a un héritage génétique lié à sa race et à ses géniteurs, il n’existe pas un individu identique au sein d’une même portée, chaque chien ayant donc sa propre personnalité.

Mais LE devoir de prudence impose en effet à un professionnel d’informer des dangers éventuels liés à l’acquisition d’un chien de telle ou telle race. Michel Hasbrouck s’appuie sur l’observation empirique de 40 années d’expérience dans le domaine de l’éducation canine.

Sachez que Michel Hasbrouck est le premier à reconnaitre le peu de sérieux d’une classification de la dangerosité par race de chien. Mais il est un fait qu’un chien porte en lui l’héritage de ses parents, de sa lignée, et de sa race. Et qu’un yorkshire agressif aura moins de conséquences fâcheuses qu’un Rott ou un bull terrier.

Il s’agit juste d’une mise en garde ! Inutile d’abuser de termes désagréables tel « qu’absurdité » ou « sottise », surtout lorsque l’on s’adresse à quelqu’un qui a une véritable expérience et une incontestable compétence dans son domaine.

Vous me faites penser à ceux et celles que je rencontre, sur le terrain de dressage ou ailleurs, et qui me disent : « Je ne comprends pas pourquoi mon chien a attaqué (une personne, un chien, un chat, etc.), lui qui est si gentil d’habitude ! »

C’est précisément pour éviter cela que Michel Hasbrouck écrit ce genre de mises en garde…

– Philippe Mongrolle

***

À : Philippe Mongrolle

Vous avez raison, je ne préfère pas continuer à discuter de ce sujet avec vous. Je retourne parmi les passionnés de la race, ceux qui ont des monstres tueurs de chat, qui un jour se feront bouffer par leur « molosses à la mâchoire super puissante » parce qu’il les considère comme des chiens sociables.

Sur ce, bon vent !

***

Vous ne discutez pas, vous faites un monologue, incapable que vous êtes d’écouter et de comprendre ce que l’on vous dit. Nous aimons cette race, mais nous en connaissons aussi les limites et les recommandations nécessaires à apporter aux néophytes désireux d’en faire l’acquisition / adoption.

Vous vous trompez de colère, et d’ennemis. Allez donc déverser votre haine ailleurs.

Je suis à 100% d’accord avec M. Hasbrouck. J’élève des irish terriers, présentés comme un des plus doux des terriers, mais je n’ai jamais promis une sagesse exemplaire de mes chiens avec les chats.

Un terrier reste toujours un terrier et si, historiquement, il a été utilisé pour les combats, ce n’est pas sans raison ! J’adore mes chiens, mais question confiance aveugle, JAMAIS !
Comme dit M. Hasbrouck, il convient de prendre le risque ZERO!

Et j’ai eu aussi 2 chats  qui « survivaient » au milieu de 10 terriers. A l’époque, je leur ai sauvé la vie deux fois !

– Florence Guérin


Commentaire

Bull-terrier — Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.